Denise Leclercq : sœur Bibiane

Sœur de Notre-Dame des Apôtres

Denise Leclercq est née le 8 janvier 1930 à Gazerau, France. Elle entre chez les Sœurs de Notre-Dame des Apôtres le 4 mars 1959. Après ses premiers vœux le 8 mars 1961, elle est envoyée en Algérie à la maternité de Constantine.

Bonne collaboratrice, attentive aux besoins des autres, Sœur Bibiane s’épanouit dans les soins aux nouveau-nés et aux mamans. En 1964, elle est à Alger, responsable d’un centre de couture, de broderie d’art, de puériculture, réservé aux jeunes sans études.

Les sœurs reçoivent les filles de milieux défavorisés dont elles visitent les familles. Ces démarches permettent à Sœur Bibiane de découvrir les grandes misères matérielles et morales des femmes algériennes. Elle leur témoigne Jésus-Christ dans le “ silence des mots” et les actions de sa vie.

En 1994, il faut prendre une décision : rester ou partir ? La réponse de Soeur Bibiane est nette : “Ce sont les gens eux-mêmes qui ont demandé des Sœurs. Actuellement ils demandent que nous restions.
Je suis très peinée, je me sens impuissante devant tant de souffrances, mais je sais, Dieu aime ce peuple et j’ai une très grande confiance en Notre-Dame d’Afrique. Jésus a dit “ le Père vous donnera tout ce que vous demanderez en mon nom”
...

Sa lumière m’aide à découvrir des merveilles qui se cachent, des solidarités étonnantes, des générosités, des courages surhumains, l’Esprit est là dans leur cœur qui travaille. La Parole de Dieu m’aide à rester à l’écoute pour être lueur d’espérance : Je choisis de rester”.

 

Avec cette liberté intérieure, en sortant de la Messe le 3 septembre 1995, à une centaine de mètres de la maison, Sœur Bibiane est tuée avec Sœur Angèle-Marie.